Bienvenue !

 

 

15 juin 2015

 Du nouveau! 

 

Après avoir mis de côté « les Chroniques de Fundatis » sur lesquelles je travaillais depuis 1995 je viens de clôturer l’écriture de mon nouveau roman,‘Le Sang de Duir’. Je vais y porter un dernier regard et l’ envoyer aux éditeurs.

En voici un extrait:

 

 

« La brume s’étirait en un long manteau opaque, des bouts d’écharpes laiteuses s’accrochaient à l’écorce rugueuse des troncs couverts de mousse. Il régnait un calme étrange au creux de la forêt de Quercina. L’Elfe orienta ses oreilles, guetta le silence inquiétant. Kanila était un Ner-Ki, un veilleur, il percevait chaque composant de la sylve comme une partie intime de son être ; du tapis de feuilles brunes à l’humidité qui imprégnait sa chevelure, du chant des feuilles ourlées de perles d’eau aux plaintes des racines qui cherchaient la vie dans la roche. Kanila vivait la forêt et ce matin là, pressentit qu’elle souffrait. Armé d’un arc en bois d’if et d’une dague au pommeau d’argent glissée dans sa ceinture, il arpentait la chênaie de son pas souple.

            La brume portait des relents inhabituels. Ce n’était pas l’odeur musquée de l’humus, ni celle des champignons, encore moins la senteur chaude de la terre. L’odeur de putréfaction l’écœura. Une douleur aigüe lui vrilla l’estomac ; Kanila se replia sur lui-même, se força à respirer avec lenteur. Sa tête lui tournait et il dut s’appuyer contre un arbre. Une sensation de brûlure irradia sa paume. Stupéfait, il fit un bond en arrière et chuta au beau milieu des fougères aigle. Le mal s’atténua, les battements de son cœur retrouvèrent un rythme régulier. Kanila se redressa, marcha d’un pas décidé vers les replis tortueux de l’écorce d’un chêne, l’explora de ses doigts fins.

            — Nam kali rani, tri malaski ! Ce n’est pas possible, ils sont malades ! psalmodia t-il de sa langue musicale.

Kanila retira sa main, recula et respira profondément. Ce n’était pas une simple maladie, il y avait… quelque chose de différent. Il ferma les yeux, sonda les replis de la mémoire de sa race, y trouva un début de réponse… L’endroit était empoisonné par une force obscure. Son regard se fit perçant, explora le géant feuillu : ses branches, son tronc, pour stopper à hauteur d’homme.

Une tache sombre imprégnait l’écorce, Kanila ressentait ses pulsations nocives jusque dans sa chair. Inquiet de sa découverte, il poursuivit son inspection en examinant un chêne de belle taille, constata la même nécrose.

Passant d’un arbre à l’autre, il arpenta la totalité du Val d’Ys, là où se trouvaient les « Vénérables ». Son peuple vouait depuis toujours un véritable culte aux chênes tortueux qui s’y enracinaient avec force. Il s’arrêta enfin, abattu. La quasi totalité du Val semblait être touchée par ce mal étrange. Il préleva un bout d’écorce mortifié le glissa dans un petit sac puis partit au pas de course pour chercher de l’aide.  

            Alors qu’il abordait une clairière, un pressenti stoppa sa course. Ses yeux perçurent un mouvement furtif puis, une silhouette drapée de noir munie d’un arc et prête à tirer.  D’un bond, Kanila sauta vers le houppier, grimpa dans la ramure. Il y eut un sifflement sec, une flèche percuta l’arbre à quelques centimètres de son torse. L’archer ennemi changea de position, pointe encochée. Un second trait rasa ses bottes. Avec l’agilité d’un écureuil qui bondit de rameau en rameau, Kanila se faufila au travers des branches majestueuses. Il se saisit de son arc, l’arma et décocha. Un cri confirma à l’elfe qu’il avait touché sa cible ; la forme se recroquevilla un instant et prit la fuite en se tenant l’épaule.

Figé au cœur de l’arbre, Kanila vivait toute la souffrance du Val d’Ys ; sa plainte douloureuse. Il se laissa glisser de branches en branches puis sauta pour rejoindre la terre ferme et repartit en direction de la Grande forêt. Malgré la nausée qui l’envahissait, il parcourut le Val d’Ys vers Artimis, la cité des elfes nobles. «  A suivre 


            N’hésitez pas à prendre contact, me poser des questions sur mon univers de Fantasy. Je répondrai avec plaisir !

           Mon adresse e.mail: jeanloupchevillard@yahoo.fr n’existe plus!        Me contacter sur: yanndarmor@outlook.com ou sur Facebook.

         

Pourquoi ce blog existe t-il?

 Cet espace se veut un lieu d’accueil et d’informations autour de mon travail d’écrivain. On y trouve des extraits des ‘Chroniques de Fundatis’ et de la suite, ‘les Enfants de Rochebrune’ qui constituent  mon oeuvre littéraire.

J’y présenterai des passages de mon roman en cours. Un Monde de pure Héroïc fantasy !

 

 

bankrystalsepia.jpg   bannierepubwebcle200.jpg



18 commentaires

1 2
  1. IRIS 19 décembre

    Entrer dans le monde d’un auteur rêveur à la plume magique, belle, au talent Fantastic….que du bonheur !!!

    Dommage pas de dédicace prévue en Bretagne… mais je surveille!!!!

    Merci à vous d’apporter de la magie dans nos vie qui en manquent !!

    Cordialement
    Une admiratrice

    IRIS

  2. bruce55 19 décembre

    Bonjour Jean-Loup je suis passé voir ton site que je trouve sublime. Je vois que de ton site on peut accéder directement à notre site ‘entre l’âme et l’encre ‘et, les personnes qui viennent voir ton site peuvent aussi aller voir ce qui ce passe. Bien joué !
    Cordialement et amitié BRUNO

  3. Une Louve 22 décembre

    Bonsoir Jean-Loup,

    Je te remercie de nous inviter à découvrir ton monde empli de magie, de légendes et de sensibilité. Tout y est délicat, c’est un vrai plaisir, une pause-rêverie.
    Je te remercie aussi d’avoir mis un lien vers mon blog, je vais essayer de faire de même.
    Bonne idée d’imaginer un festival « de la sensibilité ».
    Bises
    Une Louve

  4. J.B 22 février

    Bonjour,
    Je ne connais pas la complainte de Jean le rêveur, ni aie eu vent de la trilogie, bien malheureusement, mais je suis bien contente d’être passée ici aujourd’hui par hasard. Bien entendu j’ai lu les extraits que vous dévoilez sur cet espace de l’imaginaire, et je ne suis pas mécontente du voyage.. J’aime bien le « fantastic », et j’avoue que ça donne envie d’en savoir plus…
    Je souhaite très bonne chance au livre « Les Roses d’Ebulia ».

    Cordialement
    J.B

  5. DLS.L 23 février

    On a envie de découvrir votre univers imaginaire c’est super et les dessins sont biensûr magnifiques.
    Bravo et bonne chance pour la suite.
    Cordialement
    DLS.L

  6. Sarah 8 mars

    Couou! Je passe en coup de vent, pour te dire que j’ai créé un blog, dans lequel j’ai mis lien vers le tien !
    Voili – voilou !
    Et puis encore, Bonne chance pour la suite !

  7. Simon 18 avril

    J’ai lu Les Roses d’Ebulia. Un très bon livre … vivement la suite !

  8. Julien 4 octobre

    Cher Jean Loup

    Je vous ai vu ce matin même à Juvardeil où vous m’avez d’ailleurs dédicacé : « Le Talisman de Bélisen ». Merci pour votre travail qui nous emmène dans un monde fantastique… J’attends avec impatience ma lecture de ce livre…

    Cordialement

    Julien

  9. Sylvain 12 octobre

    Bonjour !

    Ce livre, les Roses d’Ebulia, est un délice !! il se lit tout seul et l’histoire est … géniale! Je suis très heureux d’avoir pu le découvrir ainsi que son auteur à l’occasion du salon de Juvardeil !! Bonne continuation et inspiration (bah oui!!) A quand la suite ?!

  10. Sarah Ramos 14 mai

    Bonjour,
    J’ai bien aimé votre livre, Les Roses d’Ebulia! J’y ai reconnu votre profession avec les détails précis sur les plantes…J’ai apprécié ce monde désertique et les noms étranges. Je me suis laissée guidée par une écriture originale et bien personnelle.

1 2

Laisser un commentaire

Carnet de confidences |
La plume en poche |
castelnaulatourpointdevue ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | plaisir2lire
| Agatha Christie, sa vie, so...
| culture