Le Tombeau des Glaces

Voici quelques extraits de mon roman: ‘Le Tombeau des glaces’ qui fait suite à la trilogie « Les Chroniques de Fundatis »

Extrait 1:    Un petit clin d’oeil au cycle Arthurien !!

Une fine pluie avait commencé de tomber, quasiment un brouillard recouvrant peu à peu le paysage alentour. Puis, le ciel s’était assombri, devenant menaçant. Des éclairs zébrèrent le ciel, éclats de lumière dans la noirceur. Les gouttes étaient devenues plus lourdes et bruyantes pour devenir de véritables rideaux ininterrompus. Pourtant, deux silhouettes se faufilaient de maison en maison, rapides et furtives. Un éclair plus violent éclata au dessus du champ où s’allongeaient les tombes, légères bombures claires. L’espace d’un instant, les deux ombres se regardèrent. L’une d’entre elles, après avoir soigneusement observé de droite et de gauche interpella son camarade :

-Es-tu sûr que c’est le bon jour ?

-T’inquiète pas ! Un soir de tempête, c’est l’idéal.

D’un commun accord ils avancèrent vers le milieu du champ, insensibles à la pluie qui tombait drue. L’aîné, les cheveux bruns et longs attachés par un catogan regarda le second. Celui-ci, aux cheveux bouclés et châtains éclata de rire :

- Je t’assure, Yennlinn que ça va marcher !

-Ecoute, Artus, on devrait peut être renoncer ?

-Si près du but, tu veux rire ?

D’un bond, le gaillard fut près de la roche qui dominait les tombes, presqu’irréelle. En son centre, une épée brillait, luisante à la lueur des éclairs. Artus s’approcha, s’essuyant les mains contre sa veste. Bandant tous ses muscles, il saisit la garde de l’arme, tentant de l’extraire de la pierre. La pluie lui gifla le visage mais Artus tint bon. Une dernière fois, le jeune homme tira à s’en décrocher les bras tellement il y mit de l’énergie. Mais rien n’y fit ! Jurant, le jeune homme regarda son compagnon.

-Essaye, toi !

Yennlinn soupira. Visiblement, l’idée de son ami ne le motivait pas. Comme à regret, il se dirigea vers la pierre et se cramponna au pommeau de l’épée. S’arque boutant, le jeune homme tira de toutes ses forces. Autour de lui, la pluie crépitait, implacable. Yennlinn cria, mettant tous ses efforts dans le geste. Malgré cela, l’arme ne bougea pas le moins du monde. A ses côtés, Artus éclata de rire :

-Allez, ce n’est pas pour cette fois. On rentre !

Yennlinn fit la grimace et éclata de rire à son tour.

-Ouais, je crois qu’on est assez trempés comme ça, pas vrai ?

En courant, ils quittèrent les lieux où l’épée sertie dans la roche brilla encore, comme pour se moquer de leur témérité. Rapidement, les deux jeunes se dirigèrent vers une grange proche où ils se déshabillèrent, essorèrent leurs vêtements qu’ils remirent aussitôt, insouciants. Yennlinn interrogea celui qu’il considérait comme son jumeau. Seuls trois mois les séparaient et même si l’un habitait en Branicar et l’autre en Armor, tous deux se retrouvaient dès qu’ils le pouvaient.

-T’es vraiment sûr de la prophétie, Artus ?

-Oui, ici tout le monde y croit. Un soir de tempête, un homme se dirigera vers la pierre des âges. Il en extirpera l’épée qui s’y trouve logée depuis des siècles. Par son savoir, il deviendra roi ! Par son pouvoir, il fédérera les peuples !

-Eh bien, faut croire que ni toi ni moi ne sommes faits pour être rois, Artus !

Extrait 2:

Un cri joyeux sorti de la gorge du garçon alors qu’il plongeait à grande vitesse vers la vallée. Il entendit un rire cristallin proche de lui : Daïna sa sœur. Piquant sur le côté, elle rasa Aïla qui sentit les ailes du dragon saphir passer à trois pouces de ses cheveux. Tirant sur les rênes, Aïla suivit sa cadette dans ce ballet aérien. Chevaucher un dragon avait quelque chose de merveilleux ! Tout semblait possible. Une ombre gigantesque cacha un instant la lueur du soleil tandis qu’une voix mentale ordonnait :

-Cessez ce jeu immédiatement et rentrez sur Kryptoros!

Cette voix, ils ne la connaissaient que trop bien ! Pâsima la dragonne dorée. Rétif, Tilkan le cuivre, chevauché par Aïla tenta de biaiser. Le jeune dragonnier sentit l’onde psychique qui les balaya, impérieuse.

-Inutile de me résister !

Penaud, Aïla suivit docilement sa sœur Daïna. En quelques battements d’ailes, les deux dragonniers furent au large de l’île : Kryptoros, patrie des Aïna-Sin leur peuple. Aïla admira une fois encore les falaises de calcaire doré. Maîtrisant parfaitement sa monture, il se posa sur le grand champ qui servait de piste d’envol. A peine fut-il au sol qu’une silhouette bondit vers lui, ses cheveux brillant au soleil. Aïnala, la lumineuse, premier dragonnier !

-Nous avions pourtant été assez claires avec Pâsima il me semble ? Que trouveras-tu comme excuses cette fois-ci ?

Le garçon aux muscles noueux soupira :

-Ecoute…

-Non ! Pas cette fois. Vous êtes interdits de vol pendant une semaine !!

-Mais, Aïnala !, tenta Daïna à la silhouette svelte et gracieuse.

Aïnala lui sourit car elle aimait particulièrement ces enfants devenus adultes. Le premier dragonnier se rappelait encore comment ils avaient tissé le lien avec leurs dragons. (7) Moment intense… Pourtant elle fronça les sourcils.

-Combien de fois devrai-je vous dire qu’il est dangereux de vous exposer de la sorte ?

-Nous…nous étions hors de vue, Aïnala !, répliqua Aïla.

-Peut être vis-à-vis des humains mais eux peuvent te vois, te sentir !!!

Aïla regarda sa cadette qui baissa la tête, honteuse. Oui, bien sûr, tous deux le savaient. Des ébènes étaient nés et volaient sans doute quelque part, hors de portée. Des dragons noirs, leurs mortels ennemis ! Aïnala leur rappelait chaque jour de leur enseignement :

-Les Aïna-Sin doivent veiller sur le Monde. Nous en sommes les gardiens et gardiennes !

Aïnala, aussi belle qu’intransigeante. L’un des pères spirituels, Silaï, était mort et la lumineuse était chargée de maintenir les jeunes Aïna-Sin actifs.  Course à pied, combat à mains nues, utilisation de toutes les armes connues et bien sûr, le vol à dos de dragons.  Depuis dix huit ans, Tilkan le mâle cuivre et Valki la femelle saphir avaient forcis et gagné en puissance. Aïla dut encore reconnaître que lui et sa sœur demeuraient encore des enfants.

Extrait 3:

Josh et Rosh en étaient à leur deuxième chope d’ale, regardant le va et vient du port de Waroub lorsqu’on les interpella :

-Je peux tout vous dire sur votre avenir, messires !  Et cela pour un adamira seulement.

Tous deux se tournèrent vers la femme qui les hélait : une gitane aux robes multicolores. D’un geste impatient, Rosh fit mine de la chasser. L’œil brillant, elle s’approcha.

-Pas gentil ça pour un homme de lumière, même s’il recherche son contraire !

Amusé, Josh la regardait faire, ayant nettement perçu la surprise chez son ami.

-Cesse tes devinettes avec moi, veux-tu ? Qu’as-tu à dire ?

La demoiselle ricana :

-Tu portes la marque de l’ombre, messire l’impertinent ! Comme c’est curieux..

Autour d’eux, les regards se firent insistants. Josh cligna de l’œil à l’intention de son compagnon.

-Cette jeune femme a sans doute quelque chose à nous montrer par ici. Si on y ajoute un ou deux adamiras…

Les hommes attablés ricanèrent. La gitane se contenta de sourire.

-Oh, sans problèmes ! Les voyageurs ont bien des choses à apprendre dans ce pays !

De nouveau les clients de l’auberge rirent. D’un pas décidé Josh se dirigea vers le bar où il paya les consommations. La gitane fit un sourire charmeur.

-Pas un marrant ton compagnon, pas vrai ?

Josh éclata franchement de rire.

-Ah toi alors ! Je ne sais pas d’où tu sors mais…

A cet instant Rosh vint les rejoindre.

-Bon, on y va ?

Elle leur fit une courbette exagérée.

-Par ici, messires !

D’une voix forte, la jeune femme ajouta :

-Bientôt, vous connaîtrez les merveilles de Waroub et de ses environs !

Un homme corpulent chuchota à leur départ :

-En voilà deux qui vont se voir délester de leur bourse d’ici peu…

L’autre s’esclaffa. Plus loin, la gitane avançait d’un bon pas, sans un regard en arrière. Rosh interpella son ami :

-Crois-tu vraiment que c’est notre contact ? Une bohémienne ?

-Ne t’as t’elle pas parlé de noirceur en opposition à la lumière ?

-Bonimenteries de gitan !

-Ah oui ! Alors, pourquoi marches-tu aussi vite ?

Le masque sévère du mage tomba et un sourire se dessina sur son visage.

-Tu as tout de suite deviné qu’elle s’intéressait à moi, hein ?

-Une gitane avec un mage, non mais je rêve là…

-Arrête un peu, Josh ! Ce n’est pas ce genre d’intérêt auquel je pense.

Josh cligna de l’œil. Aussitôt, Rosh lui donna une bourrade dans l’épaule.

-Tu m’as encore eu cette fois !

Les mages regardèrent vers l’avant, constatant que la jeune femme les attendait, assise sur un solide casier pour la pêche. Seul un canot passa assez loin pour que ses passagers ne s’étonnent pas de ce regroupement. Rosh s’approcha :

-Qu’y a-t-il donc à voir par ici ?

Elle éclata de rire :

-Oh mais rien, absolument rien ! Enfin je dois avouer que vous jouez parfaitement les voyageurs prêts à gober la première nouvelle originale…

Rosh se crispa :

-Ah parce que…

-Du calme, mage ! Si tu voyais ta tête. Je suis Hortusi et ne fait qu’interpréter les signes ! (14)

-Qu’as-tu à nos révéler ? , s’impatienta le mage.

La jeune femme ne s’offusqua en rien de ce comportement.

-On pourrait peut être faire connaissance, non ?

Josh qui venait de les rejoindre se retint de rire. Cette bohémienne avait du toupet et cela lui plaisait. Il se présenta en premier :

-Je me nomme Josh Kirn et voici mon maître et ami, Rosh Dari ! A qui avons-nous l’honneur de parler ?

La gitane s’inclina avec grâce.

-Lierre Sylva, du clan des saules ! Votre contact local. Alors comme cela les ébènes sont de retour ?

Rosh la dévisagea, hébété. Lierre poursuivit :

-Tu me sembles assez peu savant pour un mage !, lança t’elle, perfide. Les Hortusis savent ce que beaucoup ignorent…

Josh riposta :

-Et alors, qu’avez-vous donc découvert ?

-Les ébènes ne sont pas en Naktar-San !

-Et pourquoi donc ?

Lierre dévisagea Rosh avant de répondre :

-Parce que l’empreinte de la dorée reste dans les mémoires !



Carnet de confidences |
La plume en poche |
castelnaulatourpointdevue ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | plaisir2lire
| Agatha Christie, sa vie, so...
| culture